Alphabétisation Transformationnelle

L’analphabétisme est très élevé au Burundi. Il atteint 60% de la population. Pour ce fait, la Société Biblique au Burundi a commencé à faire des sensibilisations aux leaders des églises de Gitega et de Makamba en dates du 02 et 23 mai 2012,  pour qu’ils puissent éradiquer ce défi qui handicape le développement.

 

            Plusieurs initiatives ont été faites dans les églises pour diminuer l’impact de ce défi, mais l’alphabétisation des adultes dans les églises reste la seule solution durable et valable.

            Convaincue que l’Eglise a la responsabilité d’encadrer ses membres pour leur développement holistique, la Société Biblique veut aider les Eglises à commencer/ renforcer le programme d’alphabétisation et ainsi permettre un développement intégral de l’individu.

Les Représentants des églises de la Province de Makamba

L’objectif de ces séminaires de sensibilisation est de stimuler la motivation et l’habilité des participants à développer des compétences en Alphabétisation des adultes et la méthodologie y relative pour contribuer au combat contre ce défi. 

Alphabétiser les adultes est non seulement important pour l’individu parce qu’il découvre la vérité, mais aussi c’est le développement pour la nation. Il faut donc  penser aux non alphabètes pour qu’ils sachent lire et écrire et aller avec les autres dans le développement du pays. Nous devons chaque fois prier et interpeller la Puissance Divine pour ce travail d’alphabétisation des Adultes. Puisqu’il s’agit d’un programme pouvant aider au développement du pays, il a été  rappelé que même les musulmans peuvent être associés. Il faut donc profiter de  leur présence pour leur parler de courtes histoires de Jésus.  

L’objectif du séminaire d’Alphabétisation des Adultes est d’aider d’abord les chrétiens à savoir lire et écrire pour mieux entrer en dialogue avec Dieu à travers les Saintes Ecritures et ensuite aider les gens analphabètes au développement holistique.

Il a été constaté que le programme de la Société Biblique est mieux adapté pour les personnes adultes analphabètes parce qu’il a beaucoup de méthodes à utiliser. Il a été beaucoup apprécié par les participants parce qu’il aide les Eglises à évangéliser les adultes analphabètes.

A cet effet, les églises qui avaient leur programme d’alphabétisation ont demandé à la Société Biblique au Burundi des les aider à former les formateurs pour s’adapter à cette nouvelle méthode et à leur donner du matériel suffisant.

L'un des participants en train de lire les recommandations

Ils ont ensuite suggéré qu’il y ait une remise de certificats après chaque formation en guise d’encouragement et surtout que, quelques chefs administratifs les exigent pour voir si le formateur a été formé par une organisation habileté.

Photo de famille des participants: après le séminaire

Où est le Bon samaritain aujourd’hui?

  

Le projet où est le  Bon Samaritain aujourd’hui est un projet de lutte contre le VIH&SIDA  qui existe depuis 2006 au sein de la Société Biblique au Burundi. Depuis 2009, ce projet mène des activités de sensibilisation pour la prévention. Il opère  dans 6 provinces  du pays à savoir Bujumbura Mairie, Bujumbura Rural, Gitega, Mwaro, Makamba et Bururi.  Les partenaires de ce projet sont les Eglises, les associations de lutte contre le  VIH &SIDA, l’administration locale et les écoles.

Les bénéficiaires du projet sont : Les membres des Eglises et des associations, les jeunes, les personnes vulnérables etc.

Ce projet a  essentiellement comme objectif ;  la réduction du taux de contamination par la prévention, la non stigmatisation des personnes vivant avec le VIH& SIDA, ainsi que l’éveil de l’esprit du bon samaritain pour la prise en charge des malades du SIDA.

Pour arriver à cet objectif, les stratégies qu’on utilise  sont les formations des formateurs, ensuite les formations décentralisées, les formations de suivis et le media. Les formations sont assurées par des volontaires sous la supervision du Coordinateur National du projet et son assistante.

Résultats atteints par le Projet

En 2011, le projet Bon Samaritain a pu organiser 11 formations des formateurs et 350 personnes ont été formées. 36 formations décentralisées avec 900 personnes formées, 14 formations de suivis avec au total 490 personnes  et 8 formations sois responsables envers 240  jeunes scolarisés et non scolarisés.  Nous avons également distribué 3455 livrets Bon Samaritains, 1645 livrets Sois Responsable, 349  Manuels de formation, 257 Flipcharts , 362 DVDs Bon samaritain, 241 DVDs Qui est Responsable et 324 DVDs Sois Responsable  Un film documentaire du projet  a été élaboré  et   a  été visionné à  la télévision héritage . Deux reportages ont passé successivement  sur les antennes de la radio vyizigiro et la radio Isanganiro.

 Impacts du Projet

Au début de l’année 2011, un plan d’action a été élaboré et des indicateurs. A travers les rapports et les témoignages, on a pu alors observer certains impacts, à la fin des séminaires, beaucoup des gens se sont fait dépister, nous avons enregistré un total de 740 personnes qui se sont fait dépister, 11 groupes de Bons samaritains ont été formés, la stigmatisation des PVVIH a été réduite dans les Eglises, des PVVIH n’ont pas du tout peur de témoigner publiquement.   Voici  quelques témoignages  rapportés lors  des séminaires  décentralisés.

 Un pasteur a été réintégré dans son église

Révd. NDUWAYO Casimir: en train de témoigner

Un pasteur d’une localité a été démit de ses fonctions au sein de son église, accusé d’être  séropositif donc d’avoir fait le vagabondage sexuel et de ce fait de ne plus mériter d’être Pasteur d’Eglise. C’est grâce aux enseignements donnés pendant un séminaire au sein de cette Eglise que l’assemblée qui y était présente a pris conscience qu’une personne vivant avec le VIH&SIDA ne mérite aucune discrimination et a pris la décision de lui faire revenir au sein de l’Eglise et le réintégrer dans ses fonctions.

 La joie de Marie Louise

NINGABIRE Marie Louise

Marie Louise, une jeune femme d’un des quartiers du centre de la capitale et membre de l’Eglise EEAC a longtemps vécu en cachant sa séropositivité. En effet depuis le décès de son mari, elle n’a jamais révélé son statut sérologique et a longtemps vécu dans le vagabondage sexuel. C’est grâce aux enseignements donnés pendant un séminaire de Formation des formateurs à l’Eglise EEAC que Mme Louise a pris la décision de se repentir en avouant avoir entrainé beaucoup d’hommes dans le vagabondage sexuel  malgré qu’elle était consciente de sa maladie et a encouragé ceux qui étaient présents à la formation à se faire dépister et à prendre part à différentes associations.

La Révision de la Sainte Bible en Kirundi (Bibiliya Yera) répondra aussi au besoin des prédicateurs

Equipe des traducteurs

La Bible en Kirundi a été publiée en 1967 et n’a jamais été révisée jusqu’aujourd’hui. Les églises qui utilisent cette version ont demandé à la Société Biblique au Burundi sa révision. Les principales raisons de cette demande ont été le mélange de deux langues proches (le Kirundi et le Kinyarwanda) et le niveau de la langue très difficile. Pour cela, le langage n’était pas facilement compris par la jeunesse. Cette publication va aider la nouvelle génération à avoir la Parole de Dieu dans un langage qu’elle comprend mieux.
La révision de la Bible en Kirundi consiste à enlever le Kinyarwanda, le langage qui n’est plus parlé aujourd’hui et les erreurs de traduction. Elle a débuté en 2004 et sa publication est prévue en 2012. Plus intéressant encore, cette Bible révisée aura des cartes et des images pour illustration.
Un certain soir, dans une des églises de la ville de Bujumbura, un pasteur était en train de prêcher un très bon message sur «Garder la foi.»
Tout son auditoire était bien éveillé. Voilà qu’il se heurte sur un mot difficile en Kirundi, écrit dans 2 Tim 2:26, « Bashire ibirare », bien sûr facile en français mais un véritable casse tête en Kirundi. Il a demandé à l’auditoire de tenter de donner des synonymes. Certains disaient que c’est l’orgueil, d’autres disaient dispute, d’autres encore divisions, ivresse, etc. La signification est simplement «retrouver son bon sens».

Rév. Domitien SABONGERWA, Coordinateur du projet Bible d'étude en Kirundi, travaille aussi sur la Bible révisée

Etant membres de l’équipe de traduction à la Société Biblique au Burundi présent sur place ce soir-là, nous nous sommes dit que la révision de notre Bible en Kirundi était d’une très grande nécessité quand on sait que beaucoup de prédicateurs se débattent devant l’auditoire pour tenter de donner une explication d’un mot ou d’un verset difficile à comprendre. Certains prédicateurs malins peuvent même tenter de cacher leur embarras. Toutefois, l’honnêteté exige d’avouer son incompréhension et d’aller faire plus de recherches.
Ceux qui prêchent après avoir lu d’autres versions de la Bible sont très favorisés; mais malheureusement, ils sont très peu nombreux; et même, la signification d’un mot Kirundi qui a été traduit il y a une cinquantaine d’années peut les échapper lors de la préparation de leurs sermons; le mot en question n’étant plus d’usage courant aujourd’hui.
Nous louons Dieu pour la révision de la Bible en Kirundi « Bibiliya Yera » en cours, et nous sommes à la fin de ce travail combien bénéfique pour tous les burundais. Cette révision va faciliter aux lecteurs à mieux communiquer avec Dieu à travers sa Parole sans se heurter à des mots qui ne sont plus utilisés. Pour le moment, nous voyons la lumière qui luise sur certains versets longtemps obscurs et incompréhensibles pendant des années.
Lors de nos descentes sur terrain, quand nous rencontrons les leaders des églises protestantes, une seule question domine tout le débat. Pour quand cette Bible sera-t-elle publiée? Nous leur répondons que la Société Biblique au Burundi va publier la Sainte Bible «Bibiliya Yera» très bientôt, c’est-à-dire en 2012 si tout va bien.

Grâce au programme FVE, nous sommes réconfortés

Séance d'écoute:" groupe des forces de maintien de la paix en Somalie"

Le programme FVE aide beaucoup de gens qui participent dans différentes séances d’écoute. Depuis qu’il a commencé en 2007, nous recevons beaucoup de témoignages dans différentes provinces que beaucoup de vies ont été sauvées après les échanges bibliques.
La joie de mademoiselle NSHIMIRIMANA Aline, une prostituée sauvée après l’écoute du Proclameur.

NSHIMIRIMANA Aline: sauvée après l'écoute du proclameur

NSHIMIRIMANA Aline, une jeune fille de 18 ans, originaire de la Commune Makamba, Province Makamba, de l’église CMCI (Communauté Missionnaire Chrétienne Internationale). Cette dernière était prostituée pendant plusieurs années. Elle témoigne en disant : « Je suis née dans une famille chrétienne, mais j’étais une chrétienne de nom. J’étais une prostituée pendant plusieurs années. Un jour, quelqu’un de « l’association chrétienne d’Aide aux personnes désespérées » (ACAPE) m’a invitée à écouter le Proclameur. Après quelques minutes d’écoute, j’ai entendu une histoire d’une femme prostituée Rahab qui a été sauvée par la foi dans (Hébreux 11:31) : « C’est par la foi que Rahab la prostituée ne périt pas avec les rebelles, parce qu’elle avait reçu les espions avec bienveillance ». Ce message m’a beaucoup touchée, j’ai immédiatement changé mes idées et je me suis décidée de recevoir Jésus comme mon Roi et Sauveur personnel. Aujourd’hui, je suis membre de la chorale dans mon église et je rends témoignage à mes sœurs qui sont toujours dans la prostitution. Je remercie la Société de Biblique au Burundi pour son programme d’écoute»
Enthousiasmé
Pasteur NDIKUMANA Manassé donne son témoignage en disant que le programme FVE a fait qu’il y ait une augmentation sensible de fidèles dans sa paroisse, et que beaucoup ont reçu Jésus comme leur Sauveur.

Pasteur NDIKUMANA Manassé de l'église Anglicane, paroisse Muyange dans la commune Nyanza-Lac

Depuis que le programme a commencé dans ma paroisse en 2009. Nous avions 70 chrétiens. A partir de ce moment, beaucoup de personnes sont venues pour suivre le programme d’écoute par une simple curiosité. Aujourd’hui nous  comptons un nombre important de plus de 300 cents membres d’église. Nous apprécions beaucoup ce programme pour plusieurs raisons à savoir :
- Le nombre de fidèles augmente jour après jour.
- Beaucoup de personnes achètent leurs propres Bibles. Aujourd’hui, je pense que
ma paroisse est la première dans tout le diocèse à distribuer beaucoup de Bibles.
- Les membres de l’église participent dans beaucoup d’activités dans l’église plus
qu’auparavant
- La connaissance de la Parole de dieu a beaucoup augmenté.

Aide alimentaire apportée par la Société biblique au Burundi aux nécessiteux

Aide alimentaire apportée par la Société Biblique aux nécessiteux

Grâce à l’assistance aux nécessiteux par la Société biblique au Burundi, beaucoup de gens reçoivent Jésus-Christ comme leur Sauveur et Seigneur dans leur vie, dans différents hôpitaux et différentes prisons. La Société biblique au Burundi leur distribue de la nourriture, parfois un exemplaire de la Bible ou du NT et leur présente le message de l’Evangile.

Distribution des Bibles et NT à la prison centrale de Muyinga

Depuis que ce programme a commencé nous recevons beaucoup de témoignages de différents patients et prisonniers.
Lundi 31/05/2011, une délégation de la Société biblique qu Burundi a effectué une visite à l’hôpital prince Régent Charles de Bujumbura. Elle a rencontré 2 patients qui ont témoigné la manière dont Dieu leur est venu en aide.

HAKIZIMANA Thérèse, une veuve de 73 ans est reconnaissante d'une aide de la Société biblique au Burundi.

HAKIZIMANA Thérèse est une veuve de 73 ans. En 1993, la guerre l’a obligée à fuir sa maison qui se trouvait dans la province de Cibitoke qui est frontalière avec le Rwanda. Depuis, elle vit dans un camp des déplacés dans la quartier de Carama à bujumbura-mairie.Quand nous lui avons rendu visite, elle a témoigné en disant que ce sont les bienfaiteurs qui lui donnent de quoi se vêtir et manger. « C’est le Signeur qui utilise les gens à venir à mon secours, nous dit-elle« . Je remercie la SBB qui est venue à mon secours, que Dieu bénisse son personnel et ses œuvres.
Grâce à l’aide de la Société biblique au Burundi, NIYUNGEKO Evariste a pardonné ses voisins.

NIYUNGEKO Evariste, hôspitalisé à makamba

A l’hôpital de Makamba, nous avons rencontré NIYUNGEKO Evariste, qui était hospitalisé suite à un empoisonnement alimentaire. Une soixantaine d’autres avaient été empoisonnés et tous étaient convaincus que les coupables étaient leurs voisins.
Une équipe de la Société biblique au Burundi est descendu dans l’hôpital, leur a donné des Bibles et a partagé avec eux le message du pardon. Grâce à ce message, il témoigne les avoir pardonnés.

«La foi vient en écoutant » opère des miracles

WAKANA Dieudonné, un ancien sorcier

Le programme La foi vient en écoutant est un programme missionnaire d’écoute de la Bible, basé sur Romains 10.27 qui stipule que : « la foi vient de ce qu’on écoute le message et le message est l’annonce de la parole du Christ ». 

Depuis que ce programme a commencé au Burundi en 2007, des personnes qui auparavant ne fréquentaient aucune Eglise sont désormais membres de différentes Eglises, et quelques-unes ont même été baptisées. Certaines, qui étaient mariées civilement, se sont maintenant mariées à l’Eglise. 

Groupe d'écoute dans l'Eglise Centre des Miracles

Ce programme offre une occasion à ceux qui sont analphabètes de contourner leur handicap et d’avoir accès à la Parole de Dieu. Beaucoup d’Eglises veulent qu’on mène le programme chez elle. 

Grâce à ce programme, même les sorciers, les prostituées et les ivrognes reçoivent Jésus comme leur sauveur. Nous aimerions partager maintenant avec vous les témoignages d’un sorcier-féticheur et d’une prostituée. 

 

 Joie d’un sorcier-féticheur sauvé

La sorcellerie et le fétichisme ont emprisonné Dieudonné Wakana pendant des années. Mais aujourd’hui, il est libre ! 

WAKANA Dieudonné un féticheur sorcier qui a reçu Jésus-Christ comme son Sauveur après avoir participé au programme

« Un jour, le pasteur d’une Eglise m’a invité à écouter le message de la Bible, raconte-t-il. L’écoute se faisait au moyen de l’appareil Proclaimer. J’ai été très frappé par le passage de 1 Corinthiens 8.5-6 – “s’il est des êtres qui sont appelés dieux, soit dans le ciel, soit sur la terre, comme il existe réellement plusieurs dieux et plusieurs seigneurs, néanmoins pour nous il n’y a qu’un seul Dieu, le Père, de qui viennent toutes choses et pour qui nous sommes, et un seul Seigneur, Jésus Christ, par qui sont toutes choses et par qui nous sommes”. 

« J’ai pris conscience à ce moment-là que la Parole de Dieu parle de moi car, auparavant, beaucoup de gens me consultaient pour leur assurer la protection, et je le faisais même si ça ne réussissait pas toujours : je plantais le maïs le matin, et le soir je le récoltais, j’avais une multitude de serpents que j’élevais, etc. 

« Désormais, j’appartiens corps et âme à Jésus. Je suis complètement transformé et je remercie la Société Biblique au Burundi pour ce programme. » 

Enthousiasmée 

Céline Nsengimana, 54 ans, de l’Eglise de Pentecôte de Makamba (province de Makamba), remercie le Seigneur qui l’a aidée à sortir de la prostitution.

« Je pratiquais la prostitution depuis des années, nous dit-elle. De toute ma vie, c’est le seul métier que j’ai exercé.

NSENGIMANA Céline une prostituée qui a reçu Jésus-Christ après avoir écouté le message de Dieu à travers le proclameur

 Quand un colporteur du programme La foi vient en écoutant m’a invitée à venir écouter le message à travers le proclameur, c’est à partir de ce moment que je me suis retournée vers Jésus après avoir écouté Matthieu 11:28 – “Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos” – et Matthieu 3:2 – “Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche”. 

« Aussitôt, j’ai fait un examen de conscience et je me suis donnée à Jésus. Il restait à savoir comment continuer à vivre après avoir abandonné le métier qui me faisait vivre. Dieu merci, j’ai reçu un capital pour vendre du charbon qui m’a permis d’avoir de quoi subvenir à mes besoins, et aujourd’hui j’ai totalement renoncé à la prostitution. » 

Impact du programme dans les Eglises 

 Au niveau des Eglises, il y a une meilleure connaissance  de la Parole de Dieu, au niveau des pasteurs comme de leurs fidèles. Une augmentation de fidèles aussi est observable comme en témoigne le pasteur Alexandre Havyarimana de l’Eglise ESEDA :

Pasteur HAVYARIMANA Alexandre, il donne son témoignage que son église s'est multipliée par 3 après une année d'écoute

« En moins de deux ans, notre Eglise est passée de 350 à 1050 membres, nous dit-il. Cela signifie qu’elle a été multipliée par trois. » 

Pour le moment, le programme La foi vient en écoutant est mené dans les Eglises, groupes bibliques, camps militaires, camps de polices et prisons, dans les provinces de  Bujumbura-Mairie, Ngozi, Muyinga Makamba, Kirundo, et dans quelques localités de Bujumbura Rural et Bubanza. Plus de 2.000 groupes l’ont commencé.