Où est le Bon samaritain aujourd’hui?

  

Le projet où est le  Bon Samaritain aujourd’hui est un projet de lutte contre le VIH&SIDA  qui existe depuis 2006 au sein de la Société Biblique au Burundi. Depuis 2009, ce projet mène des activités de sensibilisation pour la prévention. Il opère  dans 6 provinces  du pays à savoir Bujumbura Mairie, Bujumbura Rural, Gitega, Mwaro, Makamba et Bururi.  Les partenaires de ce projet sont les Eglises, les associations de lutte contre le  VIH &SIDA, l’administration locale et les écoles.

Les bénéficiaires du projet sont : Les membres des Eglises et des associations, les jeunes, les personnes vulnérables etc.

Ce projet a  essentiellement comme objectif ;  la réduction du taux de contamination par la prévention, la non stigmatisation des personnes vivant avec le VIH& SIDA, ainsi que l’éveil de l’esprit du bon samaritain pour la prise en charge des malades du SIDA.

Pour arriver à cet objectif, les stratégies qu’on utilise  sont les formations des formateurs, ensuite les formations décentralisées, les formations de suivis et le media. Les formations sont assurées par des volontaires sous la supervision du Coordinateur National du projet et son assistante.

Résultats atteints par le Projet

En 2011, le projet Bon Samaritain a pu organiser 11 formations des formateurs et 350 personnes ont été formées. 36 formations décentralisées avec 900 personnes formées, 14 formations de suivis avec au total 490 personnes  et 8 formations sois responsables envers 240  jeunes scolarisés et non scolarisés.  Nous avons également distribué 3455 livrets Bon Samaritains, 1645 livrets Sois Responsable, 349  Manuels de formation, 257 Flipcharts , 362 DVDs Bon samaritain, 241 DVDs Qui est Responsable et 324 DVDs Sois Responsable  Un film documentaire du projet  a été élaboré  et   a  été visionné à  la télévision héritage . Deux reportages ont passé successivement  sur les antennes de la radio vyizigiro et la radio Isanganiro.

 Impacts du Projet

Au début de l’année 2011, un plan d’action a été élaboré et des indicateurs. A travers les rapports et les témoignages, on a pu alors observer certains impacts, à la fin des séminaires, beaucoup des gens se sont fait dépister, nous avons enregistré un total de 740 personnes qui se sont fait dépister, 11 groupes de Bons samaritains ont été formés, la stigmatisation des PVVIH a été réduite dans les Eglises, des PVVIH n’ont pas du tout peur de témoigner publiquement.   Voici  quelques témoignages  rapportés lors  des séminaires  décentralisés.

 Un pasteur a été réintégré dans son église

Révd. NDUWAYO Casimir: en train de témoigner

Un pasteur d’une localité a été démit de ses fonctions au sein de son église, accusé d’être  séropositif donc d’avoir fait le vagabondage sexuel et de ce fait de ne plus mériter d’être Pasteur d’Eglise. C’est grâce aux enseignements donnés pendant un séminaire au sein de cette Eglise que l’assemblée qui y était présente a pris conscience qu’une personne vivant avec le VIH&SIDA ne mérite aucune discrimination et a pris la décision de lui faire revenir au sein de l’Eglise et le réintégrer dans ses fonctions.

 La joie de Marie Louise

NINGABIRE Marie Louise

Marie Louise, une jeune femme d’un des quartiers du centre de la capitale et membre de l’Eglise EEAC a longtemps vécu en cachant sa séropositivité. En effet depuis le décès de son mari, elle n’a jamais révélé son statut sérologique et a longtemps vécu dans le vagabondage sexuel. C’est grâce aux enseignements donnés pendant un séminaire de Formation des formateurs à l’Eglise EEAC que Mme Louise a pris la décision de se repentir en avouant avoir entrainé beaucoup d’hommes dans le vagabondage sexuel  malgré qu’elle était consciente de sa maladie et a encouragé ceux qui étaient présents à la formation à se faire dépister et à prendre part à différentes associations.